L’industrie du futur, créatrice d’emplois, se dessine en Pays de la Loire

Nous sommes une des régions pionnières pour l’innovation. Ce n’est pas moi qui le dit mais l’INSEE qui, dans une récente étude, note que les Pays de la Loire sont LA région où les PME innovent le plus en France.

Plus spécifiquement, l’INSEE relève que nos PME sont en pointe sur les innovations technologiques, les innovations permettant des gains de productivité, mais aussi les innovations non technologiques et organisationnelles.

Est-ce le fait du hasard ? Non, bien entendu. C’est le fruit d’une histoire collective qui fait, qu’en Pays de la Loire plus qu’ailleurs, il fait bon innover. Des filières structurées, un réseau de chercheurs dense, des personnalités audacieuses et talentueuses, un écosystème public et privé porteur, une logique de travail en équipe propre à l’esprit Pays de la Loire… voilà ce qui fait notre force aujourd’hui et depuis des années !

JMA MAI

J’ai encore pu récemment m’en rendre compte par moi-même. Aux côtés du Vice-président au Conseil régional Christophe Clergeau, et en présence du Député Jean-Marc Ayrault, je me suis en effet rendue au Forum des Instituts de Recherche Technologique (IRT), places fortes de l’innovation industrielle en France. En Pays de la Loire, on travaille par exemple sur les matériaux composites, dont les applications industrielles sont nombreuses, à l’IRT Jules Verne au sein du Technocampus Composites.

C’est le projet de la Jules Verne Manufacturing Valley, un pôle industriel puissant qui s’appuie sur les compétences des universités et de leurs laboratoires, de l’École Centrale de Nantes, de l’Ecole des Mines de Nantes, de l’IRT Jules Verne et du pôle EMC2. Ce n’est ni plus ni moins que l’industrie du futur, et les emplois qui y seront liés, qui s’y inventent !

Notre logique, en tant qu’élus régionaux, n’est pas de faire à la place mais de soutenir tous ces talents et de leur permettre d’exprimer tout leur potentiel. Nous sommes totalement mobilisés pour prendre le virage de la 3e révolution industrielle et numérique !

En parallèle, nous accompagnons l’amélioration des conditions de travail, et travaillons à la promotion des formations, pour rendre les métiers industriels plus attractifs pour les jeunes.

A l’instar de Christophe Clergeau et des élus régionaux, je crois dans l’avenir industriel des Pays de la Loire avec un leitmotiv : emploi, emploi, emploi !

Publié dans Mon mandat à la Région | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés

Préparer l’avenir des Pays de la Loire : mon indéflectible soutien à Christophe Clergeau

Dans quelques semaines, les socialistes choisiront leur tête de liste pour les élections régionales de 2015. Mon choix se porte sans hésitation sur Christophe Clergeau. Il a non seulement les capacités, mais aussi l’envie et l’expérience pour mener à bien cette mission.

L’intelligence, la capacité de travail, le réalisme dans la mise en place de solutions efficaces, sont les qualités qui vous sautent aux yeux dès votre rencontre avec Christophe. Chaque jour, au fil des dossiers sur lesquels nous travaillons, je suis aussi témoin de son envie d’améliorer la vie quotidienne des citoyennes et citoyens des Pays de la Loire et de l’attention qu’il porte à nos préoccupations quotidiennes, notamment la bataille pour l’emploi qu’il mène sans relâche en tant que 1er Vice-Président en charge de l’économie. Lors de la rentrée politique des socialistes de Vendée, il nous confiait son refus de tout « gâchis humain ». J’apprécie cette expression qui lui correspond bien. Ensemble, nous partageons cette vision d’une action qui se veut d’abord, et avant tout, utile à toutes et tous, à la qualité de vie de chacune et chacun.

Christophe a également à cœur de faire vivre le collectif : il place la concertation au cœur de sa méthode de travail. Infatigable homme de terrain, Christophe aime prendre le temps de rencontrer des militants bien sûr, mais aussi les femmes et les hommes qui font vivre les entreprises du territoire. Présent aux côtés de celles et ceux qui innovent et se développent, il est aussi présent pour soutenir les salariés dans leur lutte pour préserver leurs emplois, comme pour Fagor en Vendée, ou encore à Altia en Maine-et-Loire et en Sarthe.

C’est un homme au travail qui s’engage pleinement pour sa région, et sans cumuler les mandats. Vous connaissez ma détermination sur ce sujet : notre Région a plus que jamais besoin d’un Président à temps plein.

Alors oui, j’apporte un soutien enthousiaste à la démarche de rassemblement incarnée par Christophe. Il connait et mesure l’ampleur de la tâche, il ne se dispersera pas et assumera ses responsabilités ; pour préparer l’avenir et améliorer le quotidien des habitantes et habitants des Pays de la Loire.

Publié dans Ça me tient à coeur | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Une parole libre et constructive pour faire de la politique autrement

Un collègue élu qui arrête la vie politique à 47 ans cela ne passe pas inaperçu. Je suis spécialement sensible aux propos que tient Jean Philippe Magnen dans sa lettre.

Jean-Philippe a un message de vérité qui nous questionne tous. Il évite l’écueil de l’amertume ou du règlement de comptes.

J’imagine déjà les sarcasmes de ce qui ne veulent pas entendre, ne veulent pas comprendre. Et pourtant nous devons être capables d’écouter son propos.

Jean-Philippe dit : « Il est urgent d’inventer de nouvelles formes d’actions et d’organisations pour féconder la réflexion et l’action politiques. »

La fracture entre la société et les politiques est bel et bien de plus en plus profonde. Je fais partie de ceux qui pensent que la défiance des Français envers le monde politique n’est pas due aux difficultés actuelles mais à notre incapacité collective à proposer une vision de l’avenir, à dépasser les logiques de pouvoir.

Doit-on pour autant arrêter la politique pour pouvoir tenir de tels propos ?

Tant mieux si ceux qui décident, comme Jean-Philippe, de poursuivre leur route avec d’autres engagements en profitent pour diffuser ce message fort. Mais les élus qui veulent agir autrement doivent aussi pouvoir se faire entendre, avoir des pratiques plus exemplaires et ne pas laisser la place aux opportunistes.

J’ai un profond respect pour la démarche de Jean-Philippe, je considère que c’est en interne qu’il faut faire changer les pratiques.

Parfois le fossé semble bien profond entre ce que nous voulons et ce que le quotidien nous impose : que faut-il privilégier, une réunion de travail invisible (et pourtant nécessaire) sur un sujet abscons pour le citoyen, mais qui n’en reste pas moins essentiel, ou une prise de parole à une inauguration ?

Il faut trouver des équilibres car faire savoir ce que nous faisons est important, mais il ne faut pas se perdre en route dans les méandres de la communication et les travers du marketing.

Alors, je dis oui à des élus qui soient moins professionnels de la politique, et plus dédiés à leur mandat. Et je dis oui à des critiques constructives et non stériles ou systématiques, comme le fait Jean-Philippe par cette lettre.

Publié dans Ça me tient à coeur | Commentaires fermés

Dirait-on d’un Ministre qu’il est « capricieux » ?

Je soutiens totalement la démarche du MJS Vendée qui dénonce à juste titre les propos du Président UMP du Conseil général de la Vendée, Bruno Retailleau, à l’encontre de la Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal.

Je veux relayer après de vous  les propos des Jeunes Socialistes de Vendée :

« Nous tenions à dénoncer les propos à caractère sexiste de Bruno Retailleau, président du CG de Vendée à l’encontre de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. Quelles que soient les positions des uns et des autres concernant l’A831, toutes les opinions doivent être entendues et écoutées dans un débat d’idées. Ces insultes ne sont pas dignes d’un élu de la République. »

Et l’article de Ouest France sur le sujet :

Publié dans Ça se passe près de chez moi | Commentaires fermés

Enseignement supérieur : le coup de gueule légitime de Christophe Clergeau contre l’Etat

Le premier Vice-président du Conseil régional, Christophe Clergeau, dénonce le recul des investissements d’Etat pour soutenir l’enseignement supérieur et la recherche sur le territoire.

En tant que vice-présidente ayant ces sujets pour délégation je voulais revenir sur ces propos. Au moment où les acteurs du territoire réalisent un travail de fond considérable pour faire naître une université Bretagne Loire ; alors que l’ouest a été historiquement sous dotée et encore récemment avec le plan campus ; alors que les collectivités, Conseils régionaux en tête, ont investi massivement depuis 10 ans pour lancer une dynamique qui commence à montrer ces effets et ont besoin de soutien pour continuer le rattrapage… :  les propositions d’enveloppes du Contrat de plan Etat-Région sont en total décalage avec les enjeux !

Voici sa déclaration :

Nantes, le 24 septembre 2014

 UN RECUL INACCEPTABLE DE L’INVESTISSEMENT DE L’ETAT DANS L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET LA RECHERCHE

L’Etat vient de communiquer à la Région les enveloppes pour 2015-2020 du Contrat de projets Etat-Région. Christophe Clergeau, 1er vice-président de la Région des Pays de la Loire, réagit vivement à ces annonces, très éloignées des besoins du territoire. Alors que le Président de la République et le Premier ministre ont réaffirmé leur volonté de soutenir l’investissement public, les faits risquent malheureusement d’être en décalage avec les discours.

« Avec 45M€ sur 6 ans pour 2015-2020, l’enveloppe consacrée par l’État à l’investissement dans l’enseignement supérieur et la recherche parait ridiculement basse et ne représenterait qu’un tiers de celui obtenu lors du précédent CPER 2007-2013. Un recul en total décalage avec les dynamiques et les besoins du territoire ligérien » dénonce Christophe Clergeau.

C’est une situation d’autant plus inacceptable «qu’elle ne tient compte ni de l’état des bâtiments universitaires existant dont la rénovation est souvent urgente pour assurer des conditions de travail décentes aux étudiants et aux enseignants,  ni des dynamiques propres de notre territoire :  qu’il s’agisse de filières économiques de plus en plus tournées vers la recherche et l’innovation, ou de la croissance démographique qui conduira nos établissements à accueillir environ 15 000 étudiants supplémentaires dans les prochaines années, soit 130 000 étudiants à l’horizon 2020. »

Ce désengagement est de surcroît porteur d’inégalités territoriales, car, comme le souligne Christophe Clergeau, « où certaines universités et établissements de recherche français ont pu bénéficier d’enveloppes de 300 à 500 M€ au travers des investissements d’avenir ou du Plan Campus, les Pays de la Loire n’ont bénéficié que d’une participation de 30 M€ ».

Le 1er  vice-président de la Région appelle l’Etat « à respecter ses engagements et à aller au bout des priorités affichées. Nous devons collectivement mener les investissements nécessaires mais force est de constater qu’aujourd’hui, les montants mobilisés dans le nouveau contrat de projets Etat-Région sont inadmissibles. Ils ne signifieraient rien d’autre qu’un abandon pur et simple de notre territoire. »

Publié dans Mon mandat à la Région | Commentaires fermés

[Communiqué de presse] En 2014, l’investissement dans les lycées vendéens tend vers l’excellence

[Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse dans lequel je fais le point sur les investissements dans les lycées vendéens]

La Région Pays de la Loire favorise la rentrée des lycéens. Depuis 2010, le Conseil régional a investi 16 millions d’euros par an dans les lycées. Le département de la Vendée n’en est pas exclu.

« L’ouverture du lycée de l’Ile de Nantes est symbolique de tout ce que nous avons fait depuis le début du mandat : moderniser et améliorer les cadres dans lesquels les lycéens et professeurs évoluent.» déclare Maï Haeffelin, Vice-présidente du Conseil régional : « Mais au-delà de la partie émergée de l’iceberg, de nombreux autres investissements ont lieu partout sur le territoire. C’est le cas en Vendée !

Depuis septembre 2013, c’est près de 5.5 millions d’euros qui ont été investis dans les lycées vendéens, que cela soit pour de gros travaux, à l’exemple de la rénovation de l’internat du lycée Notre-Dame à Fontenay-le-Comte (plus de 600 000 € pour la deuxième phase des travaux) ou encore pour des besoins plus quotidiens – par exemple 4 600 € au lycée Jeanne D’Arc de Montaigu pour acquérir des équipements pédagogiques. Nous sommes conscients de l’importance d’études faites dans de bonnes voire d’excellentes conditions. La préparation des plus jeunes aux études supérieures se doit d’être optimale !

Demain, de nouveaux lycées devront voir le jour pour faire face aux besoins. Des études vont déterminer le moment et le lieu opportun pour garantir un maillage complet du territoire, comme nous l’avons fait précédemment pour Nantes ou pour Beaupréau. Trois rencontres sur le territoire seront organisés, dont une en Vendée, avec Christophe Clergeau, 1er Vice-président de la Région. Les conclusions des études seront connues en 2015, ce qui nous permettra de prendre les décisions qui s’imposent ! »

Publié dans Mon mandat à la Région | Marqué avec , , , | Commentaires fermés

Le CIRP au cœur de la Jules Verne Manufacturing Vallet

2014-08-25 Mai Haeffelin CIRP NantesJ’étais le 25 août dernier à la 64ème Assemblée Générale  du CIRP pour accueillir plus de 600 spécialistes internationaux en productique. Le CIRP (Collège International de la Recherche en Productique) sert à concevoir et développer les machines et systèmes de production de demain. En d’autres termes, il met à l’honneur le Génie Industriel et ses applications concrètes.

LE CIRP s’inscrit au cœur de la Jules Verne Manufacturing Valley, pôle industriel qui s’adosse à un pôle académique d’excellence regroupant l’École Centrale de Nantes, l’École des Mines de Nantes, les Universités régionales et leurs laboratoires, l’IRT Jules Verne et le pôle EMC2. C’est un écosystème industriel et scientifique puissant qui s’organise pour faire vivre une industrie compétitive en Europe, soutenu par la Région Pays de la Loire.

Il faut rappeler que notre implication dans les nouvelles technologies, et notamment la productique, est pleine et entière.  Ce n’est pas pour rien que notre région justifie de la création nette d’emplois la plus forte en France sur les 10 dernières années ! L’adaptation par l’investissement dans la maîtrise des technologies de production est la marque de fabrique de la Région des Pays de la Loire, stratégie exemplaire reconnue au niveau international par la Commission européenne.

L’enjeu de l’investissement régional est très clair. Il s’agit, ni plus ni moins, que de réinventer l’industrie. L’usine du futur, ce n’est pas, comme on l’imagine trop souvent et trop simplement, des lignes d’assemblages robotisées dans un bâtiment à basse consommation énergétique. C’est une réinvention complète de la production : une conception nouvelle de la performance et une approche intégrée et intégrative d’innovation ouverte. Cette réinvention nécessite de renouveler les processus de production en y intégrant les solutions numériques, améliorer le bien-être au travail, observer les besoins des clients pour mieux répondre à leurs attentes, relever de la transition énergétique et prendre en compte, dans une logique de développement durable, le cycle complet des produits. Rapidité, efficacité, réponse aux besoins et absence d’empreinte écologique sont les objectifs affichés pour cette usine du futur.

L’avenir de l’industrie est donc une ambition portée par la Région. Nous allons non seulement de prendre le virage de la 3ème révolution industrielle, celle du numérique, mais surtout devenir  l’un des leaders de cette révolution en continuant à appuyer les initiatives et les partenariats qui vont dans ce sens.

Publié dans Mon mandat à la Région | Commentaires fermés