Maï Haeffelin

Vice-présidente du Conseil régional des Pays de la Loire

Author: Mai Haeffelin (page 1 of 9)

« Le matin, je me lève pour aller à l’école !

Voilà bien la grande nouveauté des rythmes scolaires. Je l’ai remarqué grâce à mon dernier, âgé de 6 ans. Pour lui, les choses sont claires : la semaine se divise entre les jours d’école, où tout le monde va au travail, et le week-end.

Jusque-là, rien de surprenant me direz-vous. Et bien, si ! Mes deux premiers enfants, au même âge, me posaient régulièrement les mêmes questions : « On est mercredi ? », « Est-ce qu’il y a école demain ? ». Plus de question désormais !

Après une année de fonctionnement, c’est le bon moment pour revenir sur cette réforme qui a tant fait couler d’encre. Personnellement j’étais au départ plutôt favorable au choix du samedi matin, je m’aperçois que le choix du mercredi matin est bénéfique. Ce choix permet de donner des repères clairs aux enfants en les installant dans une régularité, comme me l’ont témoigné involontairement mes enfants.

Dans notre commune les Nouvelles Activités Périscolaires (NAP pour nos petits élèves) ont lieu le jeudi après-midi, et la qualité est au rendez-vous. Ces activités ont effectivement un coût mais surtout, elles bénéficient à tous !  Reste que cet après-midi de découverte n’allège pas le rythme quotidien des enfants. Tout dispositif est évidemment améliorable, nous n’en sommes qu’au début de cette réforme.

Quand je constate les premiers bienfaits, je suis satisfaite de l’application de la réforme. Je ne suis certainement pas la seule car de nombreuses villes reconduisent le dispositif à l’identique pour l’an prochain. Après une année d’application, si j’étais persuadée des bienfaits des nouveaux rythmes, j’en suis maintenant totalement convaincue !

Conseil National du Parti Socialiste : je suis représentante de la motion D !

Le Congrès de notre parti s’est tenu le week-end dernier. A cette occasion, les instances nationales ont été renouvelées, en respectant les diverses sensibilités issues des résultats des élections internes.

J'étais au Congrès de Poitiers, entourée de Karine Berger, Yann Galut et Karine Daniel.

J’étais au Congrès de Poitiers, entourée de Karine Berger, Yann Galut et Karine Daniel.

Signataire de la motion D, je viens d’être désignée pour siéger au Conseil national du Parti Socialiste. Comme je m’y étais engagée lors de la campagne interne à l’occasion de ce Congrès, je porterai notamment les projets de Rénovation de nos idées et des pratiques politiques, au-delà des sensibilités qui traversent notre parti. Je m’engage pour poser, avec sérénité, les bases d’une dynamique constructive. Cela passera par la reprise de certaine des 86 propositions de la motion D, par exemple par le non-cumul des mandats, la nécessaire Réforme fiscale et bien entendu le respect de la parité, tout en garantissant  la construction d’un projet de transformation sociale dans un cadre républicain, humaniste et laïc.

Cette participation traduit mon implication au sein des organes décisionnels du PS et me permettra d’impulser de nouvelles idées et une nouvelle dynamique dans notre parti afin d’infléchir la politique gouvernementale. C’est aussi une reconnaissance du travail effectué sur le terrain et de mes compétences. Je contribuerai donc à faire vivre la démocratie et nos idées au cœur de notre mouvement et y apporterai toute mon expérience d’élue locale.

Véritable Parlement de notre parti,  le Conseil national exécute et fait exécuter la motion d’orientation adoptée par le Congrès National. Plus clairement, quatre fois par an, nous allons pouvoir mettre en œuvre les principales orientations décidées lors de notre Congrès, et réfléchir aux nouvelles pratiques qui dessineront le Parti Socialiste de demain.

Je m’engage donc, avec le PS, à être force de proposition auprès du Gouvernement pour répondre aux attentes de nos concitoyens pour les années à venir.

Raccordement au très haut débit : pour que le progrès numérique profite à tous !

La fracture numérique, on en parle beaucoup. Notre société est en mutation, les innovations vont très vite, mais leurs bénéfices ne profitent pas encore à toutes et tous.

En engageant 100 millions d’euros pour le très haut débit en Pays de la Loire, dont 23,7 millions € en Vendée, nous cherchons à répondre à ce phénomène par un plan ambitieux et concret. Pour répondre à cet enjeu collectif, c’est bien sûr en concertation avec les collectivités locales que nous agissons, parce que ce travail doit être mené avant tout pour et avec les territoires, et particulièrement ruraux.

 

De fait, nous le savons bien en Vendée : le désenclavement routier permet de sécuriser et faciliter les échanges économiques et l’accès aux services publics, aux activités professionnelles ou associatives, aux visites familiales et amicales. De la même manière, j’en suis persuadée, l’aménagement numérique est une condition de l’équité territoriale pour laquelle nous nous battons chaque jour avec mes collègues de la majorité régionale. Tous les territoires sont concernés par cette transition numérique, et ainsi depuis un mois je me suis déjà rendue à Chantonnay, à Talmont-Saint-Hilaire et à Moreilles pour inaugurer  la montée en débit, et donc en puissance, de ces secteurs vendéens.

 

Alors, de quoi parle-t-on exactement ?

Le développement du très haut débit doit permettre à tous de s’approprier les nouveaux usages numériques. Je retiens particulièrement les bénéfices qui s’ouvriront dans le domaine de l’éducation et de la formation, grâce à un partage facilité des outils pédagogiques. C’est aussi dans le domaine de la santé que le progrès du très haut débit jouera un rôle majeur, en termes de lutte contre la désertification médicale et pour faciliter le maintien à domicile des personnes âgées. Investir dans l’innovation du très haut débit, c’est aussi alimenter très concrètement les capacités de compétitivité et d’innovation de nos entreprises.

 

Le développement du très haut débit s’inscrit d’ailleurs en complément de multiples actions que le Conseil régional mène déjà depuis quelques temps. Nous soutenons l’équipement des lycéens et apprentis avec le dispositif Ordipass, nous encourageons les professionnels de la santé à s’intéresser aux usages de la télémédecine, nous accompagnons les investissements numériques des PME (15 mesures nouvelles pour 2014-2015). Aujourd’hui, le développement du très haut débit contribue à l’amélioration du réseau sur lequel tous ces outils sont utilisés !

 

C’est aussi ça, préparer équitablement un avenir ambitieux pour notre région : faire en sorte que tous les habitants des Pays de la Loire, en ville comme dans les territoires ruraux, puissent avoir un égal accès aux outils, aux informations, aux usages qui feront les Pays de la Loire de demain.

Congrès du Parti socialiste : Je suis signataire de la motion D

Dans quelques semaines aura lieu le congrès du Parti Socialiste, à Poitiers. Plus que jamais, nous, socialistes, devons réussir à travailler tous ensemble, à cultiver nos différences et nos complémentarités pour construire un projet de modèle de société plus juste, plus solidaire, dans lequel l’ensemble des Français se reconnaitra.

Cet esprit de travail collectif, au-delà de nos sensibilités, à l’écoute et pour la concrétisation de nos idées, nos valeurs, nos propositions, je le retrouve dans la motion D. J’ai donc décidé de m’inscrire dans cette dynamique constructive. Nous devons renforcer la voix du Parti Socialiste et apporter un nouveau souffle pour la fin du quinquennat de François Hollande.

Parce que fiscalité, social-écologie, économie, Europe, école, santé, culture, sécurité, exemplarité politique, puissance publique… sont des thématiques qui me sont chères j’ai décidé de rejoindre Karine Berger et Yann Galut, et de m’engager avec eux sur leur motion.

Je porterai ainsi pleinement en Vendée, avec Jean Burneleau et Romain Bossis, les 86 propositions concrètes de la motion D, dans lesquelles je retrouve les valeurs de mon engagement.

L’éducation de nos jeunes doit rester une de nos priorités !

Vendredi, lors d’une session extraordinaire consacrée aux investissements régionaux, la droite ligérienne s’est laissée aller à un jeu de mauvais goût et de grande irresponsabilité pour l’avenir du territoire et de ses habitants. Alors que la population et les élus ont su faire fi des différences partisanes pour se retrouver autour de la nécessaire création de nouveaux lycées en Pays de la Loire, alors que l’on pouvait être fiers de voir des 4 projets devenir enfin tangibles en Loire-Atlantique et en Vendée, préparant l’arrivée de 100 000 nouveaux jeunes sur notre territoire d’ici à 2040, les élu-e-s de droite sont tout simplement sortis de l’hémicycle pour échapper à leurs responsabilités !

Non, décidément, la droite et la gauche, ce n’est pas pareil ! Un nouveau cap a été franchi au-delà des convictions et des valeurs qui nous éloignent : il semble maintenant qu’en Pays de la Loire « la fin justifie les moyens » pour les élu-e-s de l’UMP. Dans ce qui semble être une malheureuse tentative pour attirer l’attention, leur silence a sacrifié des projets d’avenir tels que les lycées d’Aizenay, Saint-Gilles, Pontchâteau et Nort-sur-Erdre, et cela ne semble pas leur peser sur la conscience. Nos collègues de l’opposition régionale ont peut-être oublié qu’ils sont mandatés par les citoyens de Vendée, de Loire-Atlantique, de Maine-et-Loire, de Mayenne et de Sarthe ? Ont-ils encore conscience de la signification de ce mandat, des enjeux de la représentation ?

L’éducation de nos jeunes est pourtant une priorité autour de laquelle nous devrions pouvoir nous retrouver ! Cet exemple n’est malheureusement pas isolé, je pense notamment à l’immobilisme du Conseil Général du Maine-et-Loire face au besoin d’un collège public à Beaupréau. Il s’agit de donner aux parents le choix de la scolarisation et surtout d’offrir à nos enfants les moyens de leur réussite ! Alors que le nouveau lycée public des Mauges ouvrira à la rentrée prochaine, face à l’abandon de cette priorité qu’est l’éducation par la droite nous continuerons à nous battre et à soutenir la demande légitime des citoyens d’accéder à un enseignement républicain et laïque !

La belle histoire du Printemps du livre de Montaigu

Cette entrée en matière peut vous sembler un peu originale pour un billet de blog. Et pourtant, c’est exactement cela : l’inauguration du Printemps du livre de Montaigu, samedi dernier, a été un moment particulièrement positif. 1er salon littéraire du Grand Ouest avec près de 300 écrivains réunis, le Printemps du livre de Montaigu est un événement incontournable. En tant que Vice-présidente du Conseil régional, qui soutient cette initiative, et parce que je suis très attachée à Montaigu et plus généralement à toute la Vendée, j’étais très heureuse de participer à son inauguration.

lagardinier1

Continue reading

Elections départementales en Vendée : et après ?

Nous savions que cette élection serait difficile, et le second tour n’a fait que conforter les résultats moroses du premier.

La Vendée reste une terre de mission pour la gauche … mais regardons les points positifs.

La victoire de Sylviane Bulteau et de Stéphane Ibarra tout d’abord, dans le canton de La Roche-sur-Yon sud. Elle permet aux progressistes d’être représentés et c’était là un point essentiel pour la garantie du débat démocratique au sein de l’assemblée départementale.

Mais je veux aussi saluer la campagne de tous les autres candidats de gauche, qui portent avec fierté les valeurs qui nous sont chères. Face à une droite qui n’a même pas fait l’effort de présenter un bilan, et encore moins de proposer un programme, les candidats de gauche ont coûte que coûte défendu un projet tourné vers plus de solidarité et d’équité entre les territoires.

L’énergie qui nous porte au quotidien, nous, militants, pour défendre nos couleurs,  je l’ai partagé avec plaisir lors de porte-à-porte aux côtés des candidats !

Alors oui, cette élection nous laisse un goût amer. Dès à présent, posons-nous les bonnes questions. Que voulons-nous pour nos territoires ? Comment répondre aux inquiétudes et attentes légitimes ?

Vous l’aurez compris, je ne m’arrête pas à cette défaite. La suite doit nous permettre de donner un nouveau souffle à notre projet pour la Vendée et les Pays de la Loire.

Older posts

© 2015 Maï Haeffelin

Theme by Anders NorenUp ↑