Maï Haeffelin

Conseillère régionale des Pays de la Loire

Author: Mai Haeffelin (page 1 of 10)

Budget régional pour l’éducation : la politique d’abord, l’intérêt général après

Lors de la session du Conseil régional, le 15 avril dernier, je suis intervenue pour défendre les acquis de la politique éducative menée par Jacques Auxiette et pour revenir sur plusieurs interrogations liées aux nouvelles orientations prises par la majorité régionale.

 

Je m’interroge tout d’abord sur l’obstination de la majorité actuelle à reprocher à l’ancienne, le manque d’anticipation de la montée démographique.

De deux choses l’une. Soit les élus de la majorité actuelle ont la mémoire courte, soit elle est sélective.

Courte clarification :

  • Sous la précédente mandature de Jacques Auxiette, c’est parce que nous avions parfaitement conscience de la poussée démographique – une chance pour notre territoire autant qu’une responsabilité – que nous avions initié des études et fait voter la construction de 4 nouveaux lycées en Pays de la Loire.
  • Comme la mauvaise foi n’a pas de limite : il est bon de rappeler que les élus de l’actuelle majorité, qui sous la précédente mandature siégeaient dans l’opposition, n’avaient alors pas voté ces 4 lycées !

Cette prise à partie est dès lors pour le moins mal venue !

Je pourrais aussi parler de la bataille pour l’ouverture du lycée de Beaupréau, ou encore, de celle pour l’augmentation de la capacité de Clisson, mais la droite ne s’en rappelle pas. Jamais ils n’ont soutenu ces combats.

 

Mais il y a bien plus grave que cela…

Car au-delà de cette guéguerre teintée de mauvaise foi qui ne les grandit pas, nous nous alarmons, avec mes collègues, de la baisse des crédits alloués à l’entretien des bâtiments éducatifs (presque divisé par deux). Il n’y a plus qu’à espérer qu’il n’y aura pas de mauvaise surprise d’ici la fin de l’année, ni de lente dégradation des établissements dans lesquels vont chaque jour nos enfants.

 

Enfin, nous le savons tous la lutte contre le décrochage scolaire est un sujet essentiel. Les Régions viennent d’ailleurs d’en obtenir la compétence. Pourtant, seuls 220 000 € y seront consacrés en 2016. Ce budget est en baisse, et c’est peu, beaucoup trop peu pour pouvoir répondre à ce défi majeur.

Alors que dans le même temps, la majorité fait le choix de consacrer 630 000 € pour la création d’une bourse au mérite pour les bacheliers boursiers qui obtiennent la mention très bien. Il y a bien là un choix idéologique : soutenir ceux qui « méritent », plutôt qu’aider ceux qui décrochent.

 

Cette session était-elle le résumé de ce que va devenir la politique éducative régionale ?

 

L’apprentissage une affaire d’homme ?

grenelle de l'apprentissage

Au-delà de la boutade, et en dehors de cette table ronde d’ouverture du grenelle de l’apprentissage au conseil régional  des Pays de la Loire, les jeunes femmes ne représente que 28% des apprenti-e-s. Ouvrir le champs des possibles pour les jeunes filles, voilà bien un sujet trop peu mis en avant lorsque l’on parle de formation.

Deuxième session d’installation, ne pas minimiser l’impact !

Il y a eu peu de retour de la presse en dehors de l’aéroport, qui n’est pourtant pas le cœur des compétences régionales. La droite nous présente cette installation comme très technique, et pourtant il ne faut pas minimiser l’importance de l’organisation de la collectivité, notamment le périmètre de chaque commission. Car il faut bien savoir où seront discutés les dossiers et qui seront les chefs de file pour chaque sujet. Manifestement, la majorité n’est pas très claire sur le sujet.

Nous avions des interrogations, nous avons posé nos questions… Et nous en ressortons en ayant toujours des interrogations !

Quid du sujet «  jeunesses » ? Nous l’avons cherché et encore cherché. Il n’en est fait mention nulle part. Sera-t-il un sujet transversal ? Sous la responsabilité de qui ? Pas de réponse !

Quid d’une stratégie de formation ? La séparation entre formation et apprentissage dans deux commissions, pose des questions. Comment sera gérée la carte des formations ?  La lutte contre le décrochage ? Comment sera organisé le lien entre les deux commissions ? Pas de réponse.

Quelle vision politique à l’international au-delà de la gestion des fonds européens ? Pas de réponse !

Nous restons donc avec nos questions sans réponse. Mais notre volonté de servir le territoire et de répondre aux besoins des habitants demeure intacte : aucun sujet ne doit être oublié !

 

déchéance de nationalité

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse que j’ai envoyé avec Martine Chantecaille.

L’année 2015 aura été marquée par de terribles attentats auxquels les Français ont su réagir avec unité et dignité.

Membres titulaires du Conseil National du Parti Socialiste, si nous soutenons le gouvernement dans sa volonté de tout mettre en œuvre pour protéger les Français de tels actes terroristes, la mesure visant à inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité nous semble, comme à de nombreux militants socialistes de Vendée, éminemment contestable.

Reconnue par tous comme inefficace, elle constitue, en effet, un symbole introduisant une inégalité entre Français en stigmatisant inutilement les binationaux quand notre pays a, au contraire, besoin de concorde. Quant à son extension à tous les Français, elle reviendrait à créer des apatrides et entrerait en rupture avec la lettre et l’esprit de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Nous souhaitons donc que, lors du débat sur la révision constitutionnelle, les parlementaires s’opposent à cette proposition et se prononcent en faveur de mesures conjuguant efficacité contre le terrorisme et respect du principe républicain d’égalité.

Martine Chantecaille et Maï Haeffelin, membres du Conseil National du Parti Socialiste

Bonne Année 2016

Je vous souhaite à tous une excellente année 2016 !

Que 2016 vous apporte joie et satisfaction.

A commencer, tout naturellement, par un travail et que vous puissiez vous y épanouir.

Je vous souhaite aussi pour 2016 beaucoup de bonheur avec vos proches et tous ceux qui vous sont chers. Une année pleine de vie et de réussites pour ce que vous entreprenez.

Pour moi 2016 sera une nouvelle aventure. Je porterai les valeurs qui sont le fondement de mes engagements : améliorer le quotidien de chacune et chacun, rester à l’écoute, construire ensemble, être solidaire les uns des autres…. Je continuerai à porter ces valeurs, dans l’opposition régionale bien évidement, mais aussi dans mes engagements associatifs et dans le cadre de mon travail d’enseignante. Ma volonté pour 2016 est de continuer le travail commencé, d’ouvrir des perspectives pour chacune et chacun autant pour son avenir professionnel que son épanouissement personnel, cela ne se fait pas seul, que 2016 soit une année de travail collectif, tous les citoyens y ont leur place, vous y avez votre place !

Alors à tous Très bonne année 2016 !

Voter c’est résister!

J’étais mercredi soir 25 novembre au Bourg-sous-la-Roche aux côtés de Christophe Clergeau. Devant plus de 500 personnes, j’ai eu la tâche compliquée de prendre la parole après la minute de silence en hommage aux victimes des attentats.

Encore aujourd’hui, l’émotion est toujours très forte. Comme beaucoup, j’ai bien conscience que certaines préoccupations du quotidien passent désormais au second plan, et notamment la campagne politique que nous menons. Et pourtant ! Quelle belle réponse face à ces atrocités que de faire vivre notre démocratie !

Une démocratie vivante ce ne sont pas que des élections. Cela doit aussi être une campagne active ! Des débats ouverts aux citoyens, des projets clairs, des propositions concrètes qui engagent les candidats envers les citoyens, voilà ce que doit être la démocratie !

Et c’est ce que nous faisons. Notre liste, Christophe Clergeau l’a voulu ouverte, diverse et unie, pour parler de ce qui nous rassemble et non de ce qui nous divise. Notre projet s’est construit au fil d’une grande concertation citoyenne, les 100 jours. 100 jours de rencontres pour nourrir et peaufiner notre programme. 100 jours pour mettre l’humain au cœur d’un programme d’action. 100 jours pour porter ensemble nos valeurs et bâtir, dans la continuité de Jacques Auxiette, les Pays de la Loire de demain.

Alors demain, ne laisser personne décider à votre place. Prenez part à la démocratie, car il y a une place pour chacun en Pays de la Loire et cela dès le scrutin du 6 décembre.

Apprentis : bientôt 28 000 !

Près de 28 000 apprentis et pré-apprentis, c’est ce que comptera la région des Pays de la Loire à la fin de l’année. Cette barre symbolique est le signe du retour de la progression du nombre d’apprentis en Pays de la Loire.

Il y a quelques années, le secteur de l’apprentissage a été dévasté : la modification du nombre d’années d’apprentissage (passage du 2×2 ans à un seul pack d’étude sur 3 ans sous le gouvernement Fillon) avait fait mécaniquement baisser le nombre d’apprentis d’un quart sur toute la France.

Cette réforme a rendu l’apprentissage moins attrayant pour les entreprises : beaucoup d’employeurs, de plus touchés par la crise économique, se sont ravisés lorsque les contrats d’apprentissage ont été rallongés d’une année, notamment dans le bâtiment.

Or, l’apprentissage est souvent une garantie pour entrer dans la vie active. En Pays de la Loire, nous avons donc agit. Nous avons ouvert des formations là où les besoins étaient présents, nous les avons diversifiées, en particulier en offrant une continuité du CAP à la licence et en faisant correspondre l’offre de formation aux réalités des besoins de notre territoire. Nous avons créé le Pass Apprenti, formé les équipes enseignantes (spécifique aux Pays de la Loire), garanti le Fonds Social Apprenti et mis en place la gratuité de certaines formations sanitaires et sociales. Jacques Auxiette s’était aussi engagé en juillet 2013 à tout faire pour préserver la prime aux employeurs d’apprentis. Résultats : le nombre de rupture de contrat est tombé à 10%, deux fois plus faible qu’au niveau national ! De plus, nous sommes devenus la 1ère Région en nombre d’apprentis sur le nombre d’habitants.

Demain, avec Christophe Clergeau, nous continuerons à agir pour les apprentis et pour les entreprises. C’est par l’exemple de la réussite que cette filière s’étoffera, et non par des formules vide de sens. L’apprentissage et l’investissement dans la formation professionnelle des femmes et des hommes méritent mieux que des effets d’annonce.

Older posts

© 2016 Maï Haeffelin

Theme by Anders NorenUp ↑