Maï Haeffelin

Conseillère régionale des Pays de la Loire

Author: Mai Haeffelin (page 2 of 10)

Voter c’est résister!

J’étais mercredi soir 25 novembre au Bourg-sous-la-Roche aux côtés de Christophe Clergeau. Devant plus de 500 personnes, j’ai eu la tâche compliquée de prendre la parole après la minute de silence en hommage aux victimes des attentats.

Encore aujourd’hui, l’émotion est toujours très forte. Comme beaucoup, j’ai bien conscience que certaines préoccupations du quotidien passent désormais au second plan, et notamment la campagne politique que nous menons. Et pourtant ! Quelle belle réponse face à ces atrocités que de faire vivre notre démocratie !

Une démocratie vivante ce ne sont pas que des élections. Cela doit aussi être une campagne active ! Des débats ouverts aux citoyens, des projets clairs, des propositions concrètes qui engagent les candidats envers les citoyens, voilà ce que doit être la démocratie !

Et c’est ce que nous faisons. Notre liste, Christophe Clergeau l’a voulu ouverte, diverse et unie, pour parler de ce qui nous rassemble et non de ce qui nous divise. Notre projet s’est construit au fil d’une grande concertation citoyenne, les 100 jours. 100 jours de rencontres pour nourrir et peaufiner notre programme. 100 jours pour mettre l’humain au cœur d’un programme d’action. 100 jours pour porter ensemble nos valeurs et bâtir, dans la continuité de Jacques Auxiette, les Pays de la Loire de demain.

Alors demain, ne laisser personne décider à votre place. Prenez part à la démocratie, car il y a une place pour chacun en Pays de la Loire et cela dès le scrutin du 6 décembre.

Apprentis : bientôt 28 000 !

Près de 28 000 apprentis et pré-apprentis, c’est ce que comptera la région des Pays de la Loire à la fin de l’année. Cette barre symbolique est le signe du retour de la progression du nombre d’apprentis en Pays de la Loire.

Il y a quelques années, le secteur de l’apprentissage a été dévasté : la modification du nombre d’années d’apprentissage (passage du 2×2 ans à un seul pack d’étude sur 3 ans sous le gouvernement Fillon) avait fait mécaniquement baisser le nombre d’apprentis d’un quart sur toute la France.

Cette réforme a rendu l’apprentissage moins attrayant pour les entreprises : beaucoup d’employeurs, de plus touchés par la crise économique, se sont ravisés lorsque les contrats d’apprentissage ont été rallongés d’une année, notamment dans le bâtiment.

Or, l’apprentissage est souvent une garantie pour entrer dans la vie active. En Pays de la Loire, nous avons donc agit. Nous avons ouvert des formations là où les besoins étaient présents, nous les avons diversifiées, en particulier en offrant une continuité du CAP à la licence et en faisant correspondre l’offre de formation aux réalités des besoins de notre territoire. Nous avons créé le Pass Apprenti, formé les équipes enseignantes (spécifique aux Pays de la Loire), garanti le Fonds Social Apprenti et mis en place la gratuité de certaines formations sanitaires et sociales. Jacques Auxiette s’était aussi engagé en juillet 2013 à tout faire pour préserver la prime aux employeurs d’apprentis. Résultats : le nombre de rupture de contrat est tombé à 10%, deux fois plus faible qu’au niveau national ! De plus, nous sommes devenus la 1ère Région en nombre d’apprentis sur le nombre d’habitants.

Demain, avec Christophe Clergeau, nous continuerons à agir pour les apprentis et pour les entreprises. C’est par l’exemple de la réussite que cette filière s’étoffera, et non par des formules vide de sens. L’apprentissage et l’investissement dans la formation professionnelle des femmes et des hommes méritent mieux que des effets d’annonce.

Faire de la ruralité une ambition

Etre attentif à chacune et à chacun. C’est par ces mots que nous pouvons résumer l’ensemble de nos actions depuis 2010. Demain, nous voulons continuer en ce sens, d’autant plus que de nouvelles compétences vont être confiées aux Régions. C’est avec cette ambition que Christophe Clergeau a déjà pris plusieurs engagements. Ceux qui s’appliquent à la ruralité me tiennent particulièrement à cœur car ils permettront de réduire les inégalités entre les territoires.

Agir pour la ruralité ce n’est pas seulement des paroles, cela s’incarne dans des propositions très concrètes !

C’est lutter contre la désertification médicale en créant de nouvelles maisons de santé. Nous avons déjà multiplié leur nombre par plus de deux au cours de ce mandat. Demain, nous devons faire en sorte qu’aucun territoire ne soit éloigné des services médicaux.

C’est aider les agriculteurs et en particulier tendre vers 100% de produits bio et locaux dans les cantines des lycées et des Centre de Formation et d’Apprentis.

C’est aussi faire la gratuité des transports scolaires – projet réaliste qui touchera 150 000 jeunes !

Et plus largement, aucun ligériens ne doit être éloignés des services de proximité. C’est pourquoi Christophe Clergeau a déjà écrit aux 1 500 maires de la région pour expliquer que le Conseil régional doit devenir le 1er partenaire des territoires ruraux et périurbains et qu’il maintiendra les aides aux communes. C’est donc renforcer les aides aux communes, à toutes les communes, comme nous le faisons déjà aux moyens des contrats territoriaux.

Ces propositions, je les porte. Nous les portons collectivement. Demain, nous devons faire devenir ces propositions réalité. Et pendant ce temps le travail continue ! Nous avons par exemple, voté vendredi dernier la création de cinq nouvelles maisons de santé, dont une à Sainte-Hermine.

Continuer à construire ensemble: voilà pourquoi je poursuis mon engagement !

C’est une habitude en politique : quand on s’en va, on claque souvent la porte avec fracas et on partage toute sa rancœur.

S’il est coutume de mettre tant d’énergie à faire les comptes en politique, alors j’ai envie plutôt de vous parler positivement des raisons qui me poussent à continuer !

 

J’ai décidé de repartir à la bataille avec Christophe Clergeau.

 

Meeting de lancement de la campagne des régionales 2015 aux Ponts de Cé, avec Christophe Clergeau, Jacques Auxiette, Jean-Marc Ayrault, Johanna Rolland, Philippe Grosvalet

Meeting de lancement de la campagne des régionales 2015 aux Ponts de Cé, avec Christophe Clergeau, Jacques Auxiette, Jean-Marc Ayrault, Johanna Rolland, Philippe Grosvalet

 

Loin de moi l’idée de vous dire que tout va bien. Je côtoie quotidiennement nos concitoyens qui souffrent mais aussi ceux qui se mobilisent pour que cela aille mieux.

Mon mandat d’élue régionale a été jalonné de missions et d’expériences marquantes : Donner sa place à l’apprentissage dans le supérieur, créer un espace de dialogue entre tous les acteurs de l’enseignement supérieur, mettre en place un schéma local de l’enseignement supérieur et la recherche à La Roche-sur-Yon, être aux côtés des employés de Fagor Brandt… Autant de combats auxquels j’ai contribué activement et qui me donnent envie de continuer.

Bien sûr on ne travaille pas seul dans un mandat, les services de la région avec leur expérience et leur professionnalisme sont indispensables à la mise en œuvre des politiques publiques. Et notre volonté pendant ce mandat a été de travailler aussi avec l’ensemble des acteurs du territoire, non seulement pour la mise en œuvre de la politique régionale mais aussi pour la définition d’une stratégie partagée. Pour ne citer qu’un exemple, lors de l’écriture du Schéma régional de l’enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation nous avons organisé 10 ateliers de concertations qui se sont réunis 2 fois chacun pour partager le bilan et porter une ambition commune.

 

Alors oui, je suis fière de mon mandat au sein de la majorité rassemblée autour de Jacques Auxiette. La volonté de Christophe de continuer à construire, avec les habitants des Pays de la Loire et pour les habitants des Pays de la Loire, me donne envie de poursuivre mon engagement.

La première proposition dévoilée par Christophe, visant la gratuité des transports scolaires, va bien dans ce sens : améliorer le quotidien des Ligériens !

Inauguration de la nouvelle école primaire Les Petits Cailloux à Saint-Hilaire-de-Loulay, le 5 septembre dernier

180 élèves y ont fait leur rentrée. Cette infrastructure répond pleinement aux besoins de la population locale. C’est cela, la mission du service public : savoirs’adapter aux évolutions démographiques. L’école des Petits Cailloux a bien été pensée en ce sens : les locaux disposent d’ores et déjà de deux classes supplémentaires en prévision des augmentations d’effectifs à venir. Un bel exemple d’anticipation, dont les Conseillers généraux auraient du s’inspirer afin d’éviter la saturation dont souffre le collège de Jules Ferry depuis plus de 5 ans. Cette année le collège accueille 900 élèves pour 650 places… et aucune amélioration n’est à espérer avant septembre 2017 !

Inauguration_école_SaintHilaire

Distribution aux enfants des découpes du ruban inaugural

« Le matin, je me lève pour aller à l’école !

Voilà bien la grande nouveauté des rythmes scolaires. Je l’ai remarqué grâce à mon dernier, âgé de 6 ans. Pour lui, les choses sont claires : la semaine se divise entre les jours d’école, où tout le monde va au travail, et le week-end.

Jusque-là, rien de surprenant me direz-vous. Et bien, si ! Mes deux premiers enfants, au même âge, me posaient régulièrement les mêmes questions : « On est mercredi ? », « Est-ce qu’il y a école demain ? ». Plus de question désormais !

Après une année de fonctionnement, c’est le bon moment pour revenir sur cette réforme qui a tant fait couler d’encre. Personnellement j’étais au départ plutôt favorable au choix du samedi matin, je m’aperçois que le choix du mercredi matin est bénéfique. Ce choix permet de donner des repères clairs aux enfants en les installant dans une régularité, comme me l’ont témoigné involontairement mes enfants.

Dans notre commune les Nouvelles Activités Périscolaires (NAP pour nos petits élèves) ont lieu le jeudi après-midi, et la qualité est au rendez-vous. Ces activités ont effectivement un coût mais surtout, elles bénéficient à tous !  Reste que cet après-midi de découverte n’allège pas le rythme quotidien des enfants. Tout dispositif est évidemment améliorable, nous n’en sommes qu’au début de cette réforme.

Quand je constate les premiers bienfaits, je suis satisfaite de l’application de la réforme. Je ne suis certainement pas la seule car de nombreuses villes reconduisent le dispositif à l’identique pour l’an prochain. Après une année d’application, si j’étais persuadée des bienfaits des nouveaux rythmes, j’en suis maintenant totalement convaincue !

Conseil National du Parti Socialiste : je suis représentante de la motion D !

Le Congrès de notre parti s’est tenu le week-end dernier. A cette occasion, les instances nationales ont été renouvelées, en respectant les diverses sensibilités issues des résultats des élections internes.

J'étais au Congrès de Poitiers, entourée de Karine Berger, Yann Galut et Karine Daniel.

J’étais au Congrès de Poitiers, entourée de Karine Berger, Yann Galut et Karine Daniel.

Signataire de la motion D, je viens d’être désignée pour siéger au Conseil national du Parti Socialiste. Comme je m’y étais engagée lors de la campagne interne à l’occasion de ce Congrès, je porterai notamment les projets de Rénovation de nos idées et des pratiques politiques, au-delà des sensibilités qui traversent notre parti. Je m’engage pour poser, avec sérénité, les bases d’une dynamique constructive. Cela passera par la reprise de certaine des 86 propositions de la motion D, par exemple par le non-cumul des mandats, la nécessaire Réforme fiscale et bien entendu le respect de la parité, tout en garantissant  la construction d’un projet de transformation sociale dans un cadre républicain, humaniste et laïc.

Cette participation traduit mon implication au sein des organes décisionnels du PS et me permettra d’impulser de nouvelles idées et une nouvelle dynamique dans notre parti afin d’infléchir la politique gouvernementale. C’est aussi une reconnaissance du travail effectué sur le terrain et de mes compétences. Je contribuerai donc à faire vivre la démocratie et nos idées au cœur de notre mouvement et y apporterai toute mon expérience d’élue locale.

Véritable Parlement de notre parti,  le Conseil national exécute et fait exécuter la motion d’orientation adoptée par le Congrès National. Plus clairement, quatre fois par an, nous allons pouvoir mettre en œuvre les principales orientations décidées lors de notre Congrès, et réfléchir aux nouvelles pratiques qui dessineront le Parti Socialiste de demain.

Je m’engage donc, avec le PS, à être force de proposition auprès du Gouvernement pour répondre aux attentes de nos concitoyens pour les années à venir.

Older posts Newer posts

© 2018 Maï Haeffelin

Theme by Anders NorenUp ↑