Maï Haeffelin

Conseillère régionale des Pays de la Loire

Category: Ça se passe près de chez moi (page 1 of 2)

Inauguration de la nouvelle école primaire Les Petits Cailloux à Saint-Hilaire-de-Loulay, le 5 septembre dernier

180 élèves y ont fait leur rentrée. Cette infrastructure répond pleinement aux besoins de la population locale. C’est cela, la mission du service public : savoirs’adapter aux évolutions démographiques. L’école des Petits Cailloux a bien été pensée en ce sens : les locaux disposent d’ores et déjà de deux classes supplémentaires en prévision des augmentations d’effectifs à venir. Un bel exemple d’anticipation, dont les Conseillers généraux auraient du s’inspirer afin d’éviter la saturation dont souffre le collège de Jules Ferry depuis plus de 5 ans. Cette année le collège accueille 900 élèves pour 650 places… et aucune amélioration n’est à espérer avant septembre 2017 !

Inauguration_école_SaintHilaire

Distribution aux enfants des découpes du ruban inaugural

« Le matin, je me lève pour aller à l’école !

Voilà bien la grande nouveauté des rythmes scolaires. Je l’ai remarqué grâce à mon dernier, âgé de 6 ans. Pour lui, les choses sont claires : la semaine se divise entre les jours d’école, où tout le monde va au travail, et le week-end.

Jusque-là, rien de surprenant me direz-vous. Et bien, si ! Mes deux premiers enfants, au même âge, me posaient régulièrement les mêmes questions : « On est mercredi ? », « Est-ce qu’il y a école demain ? ». Plus de question désormais !

Après une année de fonctionnement, c’est le bon moment pour revenir sur cette réforme qui a tant fait couler d’encre. Personnellement j’étais au départ plutôt favorable au choix du samedi matin, je m’aperçois que le choix du mercredi matin est bénéfique. Ce choix permet de donner des repères clairs aux enfants en les installant dans une régularité, comme me l’ont témoigné involontairement mes enfants.

Dans notre commune les Nouvelles Activités Périscolaires (NAP pour nos petits élèves) ont lieu le jeudi après-midi, et la qualité est au rendez-vous. Ces activités ont effectivement un coût mais surtout, elles bénéficient à tous !  Reste que cet après-midi de découverte n’allège pas le rythme quotidien des enfants. Tout dispositif est évidemment améliorable, nous n’en sommes qu’au début de cette réforme.

Quand je constate les premiers bienfaits, je suis satisfaite de l’application de la réforme. Je ne suis certainement pas la seule car de nombreuses villes reconduisent le dispositif à l’identique pour l’an prochain. Après une année d’application, si j’étais persuadée des bienfaits des nouveaux rythmes, j’en suis maintenant totalement convaincue !

Raccordement au très haut débit : pour que le progrès numérique profite à tous !

La fracture numérique, on en parle beaucoup. Notre société est en mutation, les innovations vont très vite, mais leurs bénéfices ne profitent pas encore à toutes et tous.

En engageant 100 millions d’euros pour le très haut débit en Pays de la Loire, dont 23,7 millions € en Vendée, nous cherchons à répondre à ce phénomène par un plan ambitieux et concret. Pour répondre à cet enjeu collectif, c’est bien sûr en concertation avec les collectivités locales que nous agissons, parce que ce travail doit être mené avant tout pour et avec les territoires, et particulièrement ruraux.

 

De fait, nous le savons bien en Vendée : le désenclavement routier permet de sécuriser et faciliter les échanges économiques et l’accès aux services publics, aux activités professionnelles ou associatives, aux visites familiales et amicales. De la même manière, j’en suis persuadée, l’aménagement numérique est une condition de l’équité territoriale pour laquelle nous nous battons chaque jour avec mes collègues de la majorité régionale. Tous les territoires sont concernés par cette transition numérique, et ainsi depuis un mois je me suis déjà rendue à Chantonnay, à Talmont-Saint-Hilaire et à Moreilles pour inaugurer  la montée en débit, et donc en puissance, de ces secteurs vendéens.

 

Alors, de quoi parle-t-on exactement ?

Le développement du très haut débit doit permettre à tous de s’approprier les nouveaux usages numériques. Je retiens particulièrement les bénéfices qui s’ouvriront dans le domaine de l’éducation et de la formation, grâce à un partage facilité des outils pédagogiques. C’est aussi dans le domaine de la santé que le progrès du très haut débit jouera un rôle majeur, en termes de lutte contre la désertification médicale et pour faciliter le maintien à domicile des personnes âgées. Investir dans l’innovation du très haut débit, c’est aussi alimenter très concrètement les capacités de compétitivité et d’innovation de nos entreprises.

 

Le développement du très haut débit s’inscrit d’ailleurs en complément de multiples actions que le Conseil régional mène déjà depuis quelques temps. Nous soutenons l’équipement des lycéens et apprentis avec le dispositif Ordipass, nous encourageons les professionnels de la santé à s’intéresser aux usages de la télémédecine, nous accompagnons les investissements numériques des PME (15 mesures nouvelles pour 2014-2015). Aujourd’hui, le développement du très haut débit contribue à l’amélioration du réseau sur lequel tous ces outils sont utilisés !

 

C’est aussi ça, préparer équitablement un avenir ambitieux pour notre région : faire en sorte que tous les habitants des Pays de la Loire, en ville comme dans les territoires ruraux, puissent avoir un égal accès aux outils, aux informations, aux usages qui feront les Pays de la Loire de demain.

Elections départementales en Vendée : et après ?

Nous savions que cette élection serait difficile, et le second tour n’a fait que conforter les résultats moroses du premier.

La Vendée reste une terre de mission pour la gauche … mais regardons les points positifs.

La victoire de Sylviane Bulteau et de Stéphane Ibarra tout d’abord, dans le canton de La Roche-sur-Yon sud. Elle permet aux progressistes d’être représentés et c’était là un point essentiel pour la garantie du débat démocratique au sein de l’assemblée départementale.

Mais je veux aussi saluer la campagne de tous les autres candidats de gauche, qui portent avec fierté les valeurs qui nous sont chères. Face à une droite qui n’a même pas fait l’effort de présenter un bilan, et encore moins de proposer un programme, les candidats de gauche ont coûte que coûte défendu un projet tourné vers plus de solidarité et d’équité entre les territoires.

L’énergie qui nous porte au quotidien, nous, militants, pour défendre nos couleurs,  je l’ai partagé avec plaisir lors de porte-à-porte aux côtés des candidats !

Alors oui, cette élection nous laisse un goût amer. Dès à présent, posons-nous les bonnes questions. Que voulons-nous pour nos territoires ? Comment répondre aux inquiétudes et attentes légitimes ?

Vous l’aurez compris, je ne m’arrête pas à cette défaite. La suite doit nous permettre de donner un nouveau souffle à notre projet pour la Vendée et les Pays de la Loire.

Elections départementales en Vendée : pour le pluralisme politique, restons mobilisés !

Ce dimanche se tiendra le second tour des élections départementales. Dans 3 cantons vendéens, des candidats portent les idées progressistes, à La Roche Nord (Martine Chantecaille et Philippe Gaboriau), La Roche Sud (Sylviane Bulteau et Stéphane Ibarra), et Fontenay le Comte (Daniel David et Isabelle Willemot).

L’importance de ce scrutin sur notre quotidien est reconnue de tous. Et la volonté de notre programme de gauche est bien de recentrer l’action du Département sur ses compétences et notamment les politiques liées à la solidarité et à la protection des plus fragiles, ainsi que les collèges… Il s’agit là ni plus ni moins que de services publics qui assurent la qualité de vie au quotidien et garantissent l’égalité.

Le risque qui se pose aux Vendéens est de voir l’assemblée départementale uniquement constituée d’élus de la majorité.  Il n’est pas imaginable de laisser une assemblée sans réel regard d’opposition.

Au nom de la démocratie, du pluralisme politique, et de la nécessité d’un débat constructif mais réel, nous devons nous mobiliser pour qu’une autre voix que celle majoritaire puisse s’exprimer dans l’hémicycle départemental.  

mai haeffelin campagne

Mobilisée aux côtés de Stéphane Ibarra

Je connais personnellement chacun des membres des binômes dans les 3 cantons en ballottage ce dimanche, et étais encore cette semaine sur le terrain avec eux à la rencontre des Vendéens.

Il s’agit de candidats de grande qualité, des personnes qui agissent et portent en leur sein un projet, des valeurs progressistes et de solidarité. Ils sont investis sur le terrain et je sais qu’ils sauront être à la hauteur de la confiance que leur accorderont les électeurs vendéens.

Motivées autour de Martine Chantecaille

Demain, en tant que Conseillers départementaux, ils défendront un autre regard, et permettront un réel débat avec la future majorité, et ce, au bénéfice des Vendéens.

Alors dimanche prochain, aucune hésitation : votons pour une représentation plurielle pour l’assemblée départementale !

Proximité, solidarités, ambition : dans 11 jours, votons pour les candidats de gauche en Vendée

11 jours nous séparent des élections départementales. Ce nouveau scrutin électoral marque une étape dans notre société à laquelle je suis particulièrement attachée : la parité totale et la transition vers de nouvelles compétences. Et en Vendée, comme ailleurs, les candidats de gauche portent un projet de proximité et d’avenir.

Le département joue un rôle central dans la vie quotidienne des Vendéens, notamment en matière de solidarités. C’est pourquoi, plus que jamais, je crois que nous devons élire des personnes attachées à ces valeurs et dont le projet est résolument tourné vers plus d’égalité entre les Hommes, mais aussi entre les territoires.  La Vendée doit devenir le département de la réussite humaine et de la cohésion sociale.

Même si la réforme territoriale est encore en discussion au Parlement, je crois essentiel de rappeler le cœur d’action du Conseil général (ou Conseil départemental selon la nouvelle dénomination) ? C’est le soutien aux personnes les plus fragiles, de la petite enfance au grand âge, et aux personnes en situation de handicap, et en ces temps où de plus en plus de personnes vivent dans la plus grande précarité. Ce sont les routes départementales, que nous empruntons chaque jour. Ce sont les collèges où étudient nos enfants… Bref, rien de moins que notre quotidien à tous !

Candidats sur le canton de Montaigu que j’habite, Marie Fonteneau, militante associative et élue aux Brouzils, et Jean-Pierre Goulette, militant socialiste, élu à Cugand, forment un binôme compétent pour endosser les responsabilités départementales. Suppléés de Marie-France Gauthier, militante d’Europe-Ecologie-les Verts, et de Daniel Huchet, militant socialiste, ces candidats portent un idéal de justice sociale et environnementale (lire aussi cet article de Ouest-France). Je connais Marie et Jean-Pierre. Je sais leur volonté de construire une société plus juste, plus solidaire. Soutenir les plus fragiles, c’est aussi pour eux une manière de permettre à chacune et chacun de trouver sa place et de participer activement à la collectivité. 

En votant pour Marie Fonteneau et Jean-Pierre Goulette, nous votons pour un nouvel élan pour la Vendée ! Le département est l’échelon du quotidien. Mobilisons-nous autour des candidats qui portent des valeurs d’égalité, de solidarité et de proximité !

Les 22 et 29 mars prochains, votez pour le progrès !

Dirait-on d’un Ministre qu’il est « capricieux » ?

Je soutiens totalement la démarche du MJS Vendée qui dénonce à juste titre les propos du Président UMP du Conseil général de la Vendée, Bruno Retailleau, à l’encontre de la Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal.

Je veux relayer après de vous  les propos des Jeunes Socialistes de Vendée :

« Nous tenions à dénoncer les propos à caractère sexiste de Bruno Retailleau, président du CG de Vendée à l’encontre de Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. Quelles que soient les positions des uns et des autres concernant l’A831, toutes les opinions doivent être entendues et écoutées dans un débat d’idées. Ces insultes ne sont pas dignes d’un élu de la République.« 

 

Older posts

© 2018 Maï Haeffelin

Theme by Anders NorenUp ↑