Maï Haeffelin

Conseillère régionale des Pays de la Loire

Category: Non classé

Conseil National du Parti Socialiste : je suis représentante de la motion D !

Le Congrès de notre parti s’est tenu le week-end dernier. A cette occasion, les instances nationales ont été renouvelées, en respectant les diverses sensibilités issues des résultats des élections internes.

J'étais au Congrès de Poitiers, entourée de Karine Berger, Yann Galut et Karine Daniel.

J’étais au Congrès de Poitiers, entourée de Karine Berger, Yann Galut et Karine Daniel.

Signataire de la motion D, je viens d’être désignée pour siéger au Conseil national du Parti Socialiste. Comme je m’y étais engagée lors de la campagne interne à l’occasion de ce Congrès, je porterai notamment les projets de Rénovation de nos idées et des pratiques politiques, au-delà des sensibilités qui traversent notre parti. Je m’engage pour poser, avec sérénité, les bases d’une dynamique constructive. Cela passera par la reprise de certaine des 86 propositions de la motion D, par exemple par le non-cumul des mandats, la nécessaire Réforme fiscale et bien entendu le respect de la parité, tout en garantissant  la construction d’un projet de transformation sociale dans un cadre républicain, humaniste et laïc.

Cette participation traduit mon implication au sein des organes décisionnels du PS et me permettra d’impulser de nouvelles idées et une nouvelle dynamique dans notre parti afin d’infléchir la politique gouvernementale. C’est aussi une reconnaissance du travail effectué sur le terrain et de mes compétences. Je contribuerai donc à faire vivre la démocratie et nos idées au cœur de notre mouvement et y apporterai toute mon expérience d’élue locale.

Véritable Parlement de notre parti,  le Conseil national exécute et fait exécuter la motion d’orientation adoptée par le Congrès National. Plus clairement, quatre fois par an, nous allons pouvoir mettre en œuvre les principales orientations décidées lors de notre Congrès, et réfléchir aux nouvelles pratiques qui dessineront le Parti Socialiste de demain.

Je m’engage donc, avec le PS, à être force de proposition auprès du Gouvernement pour répondre aux attentes de nos concitoyens pour les années à venir.

Raccordement au très haut débit : pour que le progrès numérique profite à tous !

La fracture numérique, on en parle beaucoup. Notre société est en mutation, les innovations vont très vite, mais leurs bénéfices ne profitent pas encore à toutes et tous.

En engageant 100 millions d’euros pour le très haut débit en Pays de la Loire, dont 23,7 millions € en Vendée, nous cherchons à répondre à ce phénomène par un plan ambitieux et concret. Pour répondre à cet enjeu collectif, c’est bien sûr en concertation avec les collectivités locales que nous agissons, parce que ce travail doit être mené avant tout pour et avec les territoires, et particulièrement ruraux.

 

De fait, nous le savons bien en Vendée : le désenclavement routier permet de sécuriser et faciliter les échanges économiques et l’accès aux services publics, aux activités professionnelles ou associatives, aux visites familiales et amicales. De la même manière, j’en suis persuadée, l’aménagement numérique est une condition de l’équité territoriale pour laquelle nous nous battons chaque jour avec mes collègues de la majorité régionale. Tous les territoires sont concernés par cette transition numérique, et ainsi depuis un mois je me suis déjà rendue à Chantonnay, à Talmont-Saint-Hilaire et à Moreilles pour inaugurer  la montée en débit, et donc en puissance, de ces secteurs vendéens.

 

Alors, de quoi parle-t-on exactement ?

Le développement du très haut débit doit permettre à tous de s’approprier les nouveaux usages numériques. Je retiens particulièrement les bénéfices qui s’ouvriront dans le domaine de l’éducation et de la formation, grâce à un partage facilité des outils pédagogiques. C’est aussi dans le domaine de la santé que le progrès du très haut débit jouera un rôle majeur, en termes de lutte contre la désertification médicale et pour faciliter le maintien à domicile des personnes âgées. Investir dans l’innovation du très haut débit, c’est aussi alimenter très concrètement les capacités de compétitivité et d’innovation de nos entreprises.

 

Le développement du très haut débit s’inscrit d’ailleurs en complément de multiples actions que le Conseil régional mène déjà depuis quelques temps. Nous soutenons l’équipement des lycéens et apprentis avec le dispositif Ordipass, nous encourageons les professionnels de la santé à s’intéresser aux usages de la télémédecine, nous accompagnons les investissements numériques des PME (15 mesures nouvelles pour 2014-2015). Aujourd’hui, le développement du très haut débit contribue à l’amélioration du réseau sur lequel tous ces outils sont utilisés !

 

C’est aussi ça, préparer équitablement un avenir ambitieux pour notre région : faire en sorte que tous les habitants des Pays de la Loire, en ville comme dans les territoires ruraux, puissent avoir un égal accès aux outils, aux informations, aux usages qui feront les Pays de la Loire de demain.

La belle histoire du Printemps du livre de Montaigu

Cette entrée en matière peut vous sembler un peu originale pour un billet de blog. Et pourtant, c’est exactement cela : l’inauguration du Printemps du livre de Montaigu, samedi dernier, a été un moment particulièrement positif. 1er salon littéraire du Grand Ouest avec près de 300 écrivains réunis, le Printemps du livre de Montaigu est un événement incontournable. En tant que Vice-présidente du Conseil régional, qui soutient cette initiative, et parce que je suis très attachée à Montaigu et plus généralement à toute la Vendée, j’étais très heureuse de participer à son inauguration.

lagardinier1

Continue reading

[Communiqué de presse] Deux nouveaux lycées en Vendée, quatre en Pays de la Loire

[Retrouvez ci-dessous le communiqué de presse des élus vendéens du Groupe socialiste, radicale et républicain, suite à l’annonce du futur plan d’organisation du réseaux des lycées en Pays de la Loire]

Deux nouveaux lycées en Vendée, c’est ce que vient d’annoncer le Président du Conseil régional, Jacques Auxiette. Cette réponse à la forte pression démographique est un gage du sérieux et du sens des responsabilités de notre majorité régionale.

Une telle décision va impacter très positivement la vie des vendéens d’Aizenay, de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, et de leurs alentours : une amélioration considérable des conditions d’apprentissage attend les futurs lycéens, qui verront leur temps de trajet réduit. Bien au-delà de cet exemple très concret, c’est l’ensemble du territoire qui sera redynamisé et rendu plus attractif auprès des populations jeunes. Investir dès aujourd’hui, c’est anticiper les besoins pour garantir la qualité des services au plus près des citoyens.

Avec les lycées de Pontchâteau et de Nort-sur-Erdre en Loire-Atlantique, ce sont désormais quatre nouveaux lycées qui aideront les jeunes de notre région à s’élancer dans le monde de demain.

 Maï Haeffelin,

Vice-présidente du Conseil régional

 

Nicole Guérin

Conseillère régionale

 

Dominique Prouteau

Conseillère régionale

 

Stéphane Frimaudeau

Conseiller régional

 

Joël Soulard

Conseiller régionale

[Communiqué de presse] L’intérêt de nos enfants ne répond pas une logique comptable !

« Il y a des arguments légitimes et il y a des arguments de mauvaise foi » : avancer les soi-disant 7% d’augmentation d’impôts dans la commune de Montaigu, est un argument purement électoraliste qui ne répond aucunement à l’intérêt de l’enfant.

Parlons chiffres mais parlons bien !

En France, chaque enfant est scolarisé seulement 144 jours contre 187 en moyenne en Europe. Il y a en moyenne 150 000 enfants par an, qui sortent du système scolaire sans qualification. La France est en 29e position des pays de l’OCDE des plus faibles niveaux de lecture en CM1. Il y a urgence à agir, et c’est dans ce sens que le Ministre Vincent Peillon propose une réforme ambitieuse et courageuse que chacun devrait pouvoir s’approprier au lieu d’avoir uniquement des considérations financières.

Oui, les journées scolaires des enfants sont trop longues et nuisent à la qualité des apprentissages. Oui, il s’agit d’agir collectivement au nom de l’intérêt de l’enfant, en concertation avec les associations, l’équipe éducative, les parents d’élèves, les communes qui deviennent indispensable en matière de politiques éducatives…Ce n’est pas une réforme de façade ni une réforme pansement !

Oui cette réforme aura un coût pour les communes.

Oui cette réforme répond à une urgence éducative.

Oui cette réforme va inscrire les Projet Éducatifs Territoriaux dans les textes et inciter les maires à piloter une véritable politique éducative cohérente. Il est temps d’assumer nos responsabilités et d’agir pour l’intérêt collectif de nos enfants. Il en va de leur avenir !

Le but ultime de cette réforme est la lutte contre l’échec scolaire pour permettre à chacun de vivre dignement et sereinement sa vie d’adulte. C’est notre seule et unique motivation.

 

[Communiqué de presse] Rythmes scolaires : travailler collectivement à l’ambition d’un nouveau modèle éducatif

Dans les colonnes de Ouest-France, M. Chéreau dénonce mon supposé éloignement des problèmes de l’école : je ne peux laisser cette attaque personnelle sans réponse. Au contraire, toutes les facettes de mon quotidien m’impliquent dans les questions éducatives.

Dans un premier temps, en tant que parent d’élèves scolarisés dans une école publique de Montaigu, je vois le dévouement des équipes pédagogiques. Je constate la fatigue des élèves après des journées trop chargées. Il faut urgemment, je le redis, mettre en place de nouveaux rythmes plus propices à l’apprentissage.

Deuxièmement, je me refuse à être une professionnelle de la politique, et à ce titre je continue d’exercer mon métier d’enseignante au collège Jules Ferry de Montaigu. Je fais cours chaque semaine à 160 élèves de la 6ème à la 3ème : Non, M Chéreau, le respect et la discipline, bien qu’indispensables, ne peuvent suffire pour assurer la réussite de tous.

Enfin, en tant que Vice-présidente du Conseil Régional, je suis en charge de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Mon objectif prioritaire pour la formation est de faire accéder à des études supérieures un plus grand nombre de Ligériens et cela se joue très tôt dans la scolarité.

M. Chéreau, la politique ne se vit pas que dans les conseils municipaux et dans les hémicycles, elle se vit en partageant le quotidien du plus grand nombre, ce que je m’attache à faire depuis toujours. Sachez que le quotidien des Français, c’est trop souvent l’inquiétude face au risque d’échec scolaire de leurs enfants.

C’est bien là tout l’enjeu ! D’après vos calculs, la mise en place de la réforme équivaut à 2 % du budget municipal, cela ne me parait pas déraisonnable au regard de l’urgence. Au lieu de prendre des positions politiciennes, il est temps de travailler collectivement à la réussite de nos enfants et de participer à l’ambition d’un nouveau modèle éducatif.

© 2018 Maï Haeffelin

Theme by Anders NorenUp ↑