La décision du Conseil Municipal de Montaigu de voter une motion pour repousser la réforme des rythmes scolaires est dénuée de bon sens tant nos enfants méritent mieux qu’un simple débat de gestionnaires. Dans son intervention, Le premier adjoint a déclaré que « Le sujet est d’importance. On parle des enfants et de leurs intérêts ». Or, le seul argument avancé est financier – on invoque un coût de 50 000 € par an pour 358 enfants. Les intérêts évoqués sont-ils vraiment ceux des enfants ? L’une des compétences principales d’une municipalité n’est-elle pas de mettre en œuvre un projet éducatif local soucieux des temps éducatifs et du respect du rythme des enfants ? Celui-ci manque à l’appel !

Au moment où les résultats de l’enquête PISA (OF du 4 décembre 2013), indiquent qu’en France 20 % des élèves de 15 ans sont en difficulté et que notre système avantage ceux qui réussissent, nous pouvons améliorer la situation en appliquant une réforme qui bénéficiera à tous les enfants. Elle doit leur permettre d’exercer une activité extra-scolaire, quelle que soit leur situation. Depuis le début du mandat, rien n’a été pensé dans l’intérêt des enfants, rien n’a été prévu pour mettre en œuvre la réforme. Invoquer seulement les contraintes budgétaires de la ville me parait limité quand tant de projets financiers très lourds ont été porté et vont endetter la commune sur deux décennies.

Les enfants sont-ils réellement au centre de la réflexion ? Pour Montaigu, le coût de la réforme serait de 140 € par enfant et par an, sans compter l’aide de l’Etat. A titre de comparaison, M. le Maire, Président de la communauté de communes, peut-il aussi donner le coût par enfant de l’école de musique ? Face aux 3.15 millions d’euros investit dans la rénovation de la salle des fêtes (soit 63 années de fonctionnement des rythmes scolaires !), l’argument paraît peu évident…. Et difficilement acceptable !

Tout est question de priorités. Tout est question de choix politique. Maintenir un niveau de services publics performant et pour tous les citoyens sans distinction, voilà une ambition pour notre ville !