Vendredi, lors d’une session extraordinaire consacrée aux investissements régionaux, la droite ligérienne s’est laissée aller à un jeu de mauvais goût et de grande irresponsabilité pour l’avenir du territoire et de ses habitants. Alors que la population et les élus ont su faire fi des différences partisanes pour se retrouver autour de la nécessaire création de nouveaux lycées en Pays de la Loire, alors que l’on pouvait être fiers de voir des 4 projets devenir enfin tangibles en Loire-Atlantique et en Vendée, préparant l’arrivée de 100 000 nouveaux jeunes sur notre territoire d’ici à 2040, les élu-e-s de droite sont tout simplement sortis de l’hémicycle pour échapper à leurs responsabilités !

Non, décidément, la droite et la gauche, ce n’est pas pareil ! Un nouveau cap a été franchi au-delà des convictions et des valeurs qui nous éloignent : il semble maintenant qu’en Pays de la Loire « la fin justifie les moyens » pour les élu-e-s de l’UMP. Dans ce qui semble être une malheureuse tentative pour attirer l’attention, leur silence a sacrifié des projets d’avenir tels que les lycées d’Aizenay, Saint-Gilles, Pontchâteau et Nort-sur-Erdre, et cela ne semble pas leur peser sur la conscience. Nos collègues de l’opposition régionale ont peut-être oublié qu’ils sont mandatés par les citoyens de Vendée, de Loire-Atlantique, de Maine-et-Loire, de Mayenne et de Sarthe ? Ont-ils encore conscience de la signification de ce mandat, des enjeux de la représentation ?

L’éducation de nos jeunes est pourtant une priorité autour de laquelle nous devrions pouvoir nous retrouver ! Cet exemple n’est malheureusement pas isolé, je pense notamment à l’immobilisme du Conseil Général du Maine-et-Loire face au besoin d’un collège public à Beaupréau. Il s’agit de donner aux parents le choix de la scolarisation et surtout d’offrir à nos enfants les moyens de leur réussite ! Alors que le nouveau lycée public des Mauges ouvrira à la rentrée prochaine, face à l’abandon de cette priorité qu’est l’éducation par la droite nous continuerons à nous battre et à soutenir la demande légitime des citoyens d’accéder à un enseignement républicain et laïque !