Vous n’êtes pas sans savoir qu’une manifestation contre le mariage pour tous a eu lieu récemment à Paris. Si tous les avis sont respectables, le fait que cette nouvelle loi ait été votée par le Parlement doit nous pousser à montrer la réalité de la situation et les véritables enjeux de cette loi.

Dans ma circonscription, la députée d’extrême droite a organisé une conférence où un seul point de vue –c’est-à-dire le sien qui est donc résolument contre- était représenté. Quels bénéfices pour des citoyens qui sortent d’une telle conférence en restant avec leur certitude et leurs croyances, sans que les enjeux réels ne leur aient été présentés ? Nous sommes ici plus près de l’obscurantisme que du débat constructif.

Oui, il s’agit de donner à tous les couples les mêmes droits juridiques. Non, il ne s’agit pas de dire que les enfants ont été créés par deux papas ou deux mamans. Oui, il s’agit de donner un cadre légal à des enfants – qui sont selon les estimations au minimum 40 000- qui sont élevés par des familles homoparentales mais dans lesquelles un seul parent est reconnu comme tel par la loi. Nous ne savons que trop bien que la vie comporte de nombreux aléas (séparation, décès…) : quelle sécurité offrons-nous à ces enfants actuellement ?

Heureusement d’autres débats, cette fois contradictoires, ont eu lieu partout en France.

Ainsi, en janvier un échange était organisé par le Collectif vendéen pour l’égalité des droits, avec pour objectif de faire avancer le débat public. En décembre, j’ai également participé à un débat organisé à Olonne sur Mer. Et j’ai pu constater la demande des citoyens d’être éclairé sur le sujet et que des réponses soient apportées à leurs questions. Les diverses opinions doivent pouvoir s’exprimer et les élus doivent y apporter un éclairage.

La polémique stérile sur les sujets aussi profonds n’aide pas à apaiser notre société qui en a pourtant bien besoin. Ne nous divisons pas sur un sujet qui n’a que pour seule vocation : l’unité et la reconnaissance de la famille.