La fracture numérique, on en parle beaucoup. Notre société est en mutation, les innovations vont très vite, mais leurs bénéfices ne profitent pas encore à toutes et tous.

En engageant 100 millions d’euros pour le très haut débit en Pays de la Loire, dont 23,7 millions € en Vendée, nous cherchons à répondre à ce phénomène par un plan ambitieux et concret. Pour répondre à cet enjeu collectif, c’est bien sûr en concertation avec les collectivités locales que nous agissons, parce que ce travail doit être mené avant tout pour et avec les territoires, et particulièrement ruraux.

 

De fait, nous le savons bien en Vendée : le désenclavement routier permet de sécuriser et faciliter les échanges économiques et l’accès aux services publics, aux activités professionnelles ou associatives, aux visites familiales et amicales. De la même manière, j’en suis persuadée, l’aménagement numérique est une condition de l’équité territoriale pour laquelle nous nous battons chaque jour avec mes collègues de la majorité régionale. Tous les territoires sont concernés par cette transition numérique, et ainsi depuis un mois je me suis déjà rendue à Chantonnay, à Talmont-Saint-Hilaire et à Moreilles pour inaugurer  la montée en débit, et donc en puissance, de ces secteurs vendéens.

 

Alors, de quoi parle-t-on exactement ?

Le développement du très haut débit doit permettre à tous de s’approprier les nouveaux usages numériques. Je retiens particulièrement les bénéfices qui s’ouvriront dans le domaine de l’éducation et de la formation, grâce à un partage facilité des outils pédagogiques. C’est aussi dans le domaine de la santé que le progrès du très haut débit jouera un rôle majeur, en termes de lutte contre la désertification médicale et pour faciliter le maintien à domicile des personnes âgées. Investir dans l’innovation du très haut débit, c’est aussi alimenter très concrètement les capacités de compétitivité et d’innovation de nos entreprises.

 

Le développement du très haut débit s’inscrit d’ailleurs en complément de multiples actions que le Conseil régional mène déjà depuis quelques temps. Nous soutenons l’équipement des lycéens et apprentis avec le dispositif Ordipass, nous encourageons les professionnels de la santé à s’intéresser aux usages de la télémédecine, nous accompagnons les investissements numériques des PME (15 mesures nouvelles pour 2014-2015). Aujourd’hui, le développement du très haut débit contribue à l’amélioration du réseau sur lequel tous ces outils sont utilisés !

 

C’est aussi ça, préparer équitablement un avenir ambitieux pour notre région : faire en sorte que tous les habitants des Pays de la Loire, en ville comme dans les territoires ruraux, puissent avoir un égal accès aux outils, aux informations, aux usages qui feront les Pays de la Loire de demain.