Maï Haeffelin

Conseillère régionale des Pays de la Loire

Tag: Jeunesse

Deuxième session d’installation, ne pas minimiser l’impact !

Il y a eu peu de retour de la presse en dehors de l’aéroport, qui n’est pourtant pas le cœur des compétences régionales. La droite nous présente cette installation comme très technique, et pourtant il ne faut pas minimiser l’importance de l’organisation de la collectivité, notamment le périmètre de chaque commission. Car il faut bien savoir où seront discutés les dossiers et qui seront les chefs de file pour chaque sujet. Manifestement, la majorité n’est pas très claire sur le sujet.

Nous avions des interrogations, nous avons posé nos questions… Et nous en ressortons en ayant toujours des interrogations !

Quid du sujet «  jeunesses » ? Nous l’avons cherché et encore cherché. Il n’en est fait mention nulle part. Sera-t-il un sujet transversal ? Sous la responsabilité de qui ? Pas de réponse !

Quid d’une stratégie de formation ? La séparation entre formation et apprentissage dans deux commissions, pose des questions. Comment sera gérée la carte des formations ?  La lutte contre le décrochage ? Comment sera organisé le lien entre les deux commissions ? Pas de réponse.

Quelle vision politique à l’international au-delà de la gestion des fonds européens ? Pas de réponse !

Nous restons donc avec nos questions sans réponse. Mais notre volonté de servir le territoire et de répondre aux besoins des habitants demeure intacte : aucun sujet ne doit être oublié !

 

« Le matin, je me lève pour aller à l’école !

Voilà bien la grande nouveauté des rythmes scolaires. Je l’ai remarqué grâce à mon dernier, âgé de 6 ans. Pour lui, les choses sont claires : la semaine se divise entre les jours d’école, où tout le monde va au travail, et le week-end.

Jusque-là, rien de surprenant me direz-vous. Et bien, si ! Mes deux premiers enfants, au même âge, me posaient régulièrement les mêmes questions : « On est mercredi ? », « Est-ce qu’il y a école demain ? ». Plus de question désormais !

Après une année de fonctionnement, c’est le bon moment pour revenir sur cette réforme qui a tant fait couler d’encre. Personnellement j’étais au départ plutôt favorable au choix du samedi matin, je m’aperçois que le choix du mercredi matin est bénéfique. Ce choix permet de donner des repères clairs aux enfants en les installant dans une régularité, comme me l’ont témoigné involontairement mes enfants.

Dans notre commune les Nouvelles Activités Périscolaires (NAP pour nos petits élèves) ont lieu le jeudi après-midi, et la qualité est au rendez-vous. Ces activités ont effectivement un coût mais surtout, elles bénéficient à tous !  Reste que cet après-midi de découverte n’allège pas le rythme quotidien des enfants. Tout dispositif est évidemment améliorable, nous n’en sommes qu’au début de cette réforme.

Quand je constate les premiers bienfaits, je suis satisfaite de l’application de la réforme. Je ne suis certainement pas la seule car de nombreuses villes reconduisent le dispositif à l’identique pour l’an prochain. Après une année d’application, si j’étais persuadée des bienfaits des nouveaux rythmes, j’en suis maintenant totalement convaincue !

[Communiqué] La réforme des rythmes scolaires ne se résume pas à l’argument financier.

La décision du Conseil Municipal de Montaigu de voter une motion pour repousser la réforme des rythmes scolaires est dénuée de bon sens tant nos enfants méritent mieux qu’un simple débat de gestionnaires. Dans son intervention, Le premier adjoint a déclaré que « Le sujet est d’importance. On parle des enfants et de leurs intérêts ». Or, le seul argument avancé est financier – on invoque un coût de 50 000 € par an pour 358 enfants. Les intérêts évoqués sont-ils vraiment ceux des enfants ? L’une des compétences principales d’une municipalité n’est-elle pas de mettre en œuvre un projet éducatif local soucieux des temps éducatifs et du respect du rythme des enfants ? Celui-ci manque à l’appel !

Au moment où les résultats de l’enquête PISA (OF du 4 décembre 2013), indiquent qu’en France 20 % des élèves de 15 ans sont en difficulté et que notre système avantage ceux qui réussissent, nous pouvons améliorer la situation en appliquant une réforme qui bénéficiera à tous les enfants. Elle doit leur permettre d’exercer une activité extra-scolaire, quelle que soit leur situation. Depuis le début du mandat, rien n’a été pensé dans l’intérêt des enfants, rien n’a été prévu pour mettre en œuvre la réforme. Invoquer seulement les contraintes budgétaires de la ville me parait limité quand tant de projets financiers très lourds ont été porté et vont endetter la commune sur deux décennies.

Les enfants sont-ils réellement au centre de la réflexion ? Pour Montaigu, le coût de la réforme serait de 140 € par enfant et par an, sans compter l’aide de l’Etat. A titre de comparaison, M. le Maire, Président de la communauté de communes, peut-il aussi donner le coût par enfant de l’école de musique ? Face aux 3.15 millions d’euros investit dans la rénovation de la salle des fêtes (soit 63 années de fonctionnement des rythmes scolaires !), l’argument paraît peu évident…. Et difficilement acceptable !

Tout est question de priorités. Tout est question de choix politique. Maintenir un niveau de services publics performant et pour tous les citoyens sans distinction, voilà une ambition pour notre ville !

© 2018 Maï Haeffelin

Theme by Anders NorenUp ↑